Tract officiel ? Non, Vlaams Belang !Un  dépliant toutes-boîtes qui ressemble comme deux gouttes d’eau à une véritable communication gouvernementale. Y sont repris, des propos – pourtant jamais prononcés – de quatre responsables politiques bruxellois démocratiques. Ça ressemble à un faux, un usage de faux, une usurpation d’identité… Ceci n’est pas une fiction, c’est un tract incongru du Vlaams Belang, sans mention ni logo. Un exemple de plus que ce parti est irresponsable et dangereux.

Je pensais m’abstenir d’en parler. Mais Het Nieuwblad, Knack et Skynet l’ont déjà évoqué…

Ce vendredi matin, je marche à Bruxelles-ville. Mon regard curieux se pose sur le pas d’une porte, au pied d’une boîte-aux-lettres. Un tract bilingue FR-NL, en couleurs, format A5 (pdf ici pour documentation).

En couverture, le bleu de la Région de Bruxelles capitale, son iris jaune, sa typographie. En grand et en gras, un titre « Communication gouvernementale« . Suit la mention « Un mur de sécurité pour Bruxelles« . Un plan du centre-ville et de la première couronne. Une « ligne de démarcation » entoure, sous forme d’étoile (juive ? du Pentagone américain ?), une partie de Molenbeek et quelques autres quartiers. Une effroyable imposture bilingue FR-NL derrière laquelle se cache le…Vlaams Belang.

De faux propos

Je suis désolé de devoir reprendre ce contenu pour vous expliquer le pitch. A l’intérieur de ce tract vomitif, 4 prétendus témoignages d’une dizaine de lignes chacun: Philippe Moureaux , Eveline (sic) Huytebroeck, Bruno De Lille, Brigitte Grouwels.

tract-belang-extrait-1

Vieilles photos à l’appui, ils y expliquent, en gros, qu’inspirés par Israël, le gouvernement bruxellois a décidé d’ériger un mur entre les quartiers populaires, c’est-à-dire « en voie d’islamisation » et ceux où vivent les « autres ». Ils y comptent les avantages.

tract-belang-extrait-2

Tiré par les cheveux

Si l’ex-Vlaams blok  n’y apparaît pas, comment le lecteur peut-il connaître la vraie source de ce tract ? Avec beaucoup de sens critique:

  1. Le contenu mis dans la bouche des démocrates véhicule la doctrine habituelle de l’extrême droite: eux><nous, les autochtones minorisés par les allochtones, la cohabitation impossible. Et un peu de poujadisme pour le surplus.
  2. L’éditeur responsable est « Jean van den Belang, Liefdadigheidsstr/Charité 6,1210 Bsl« .
  3. C’est seulement en cherchant sur le net qu’on découvre que le Vlaams belang revendique cette publication.

Luttons contre les fachos, sur tous les fronts

En tant que citoyen, je suis profondément choqué par de telles méthodes. Tordue comme jamais, écartée par une très large partie des électeurs, en baisse dans les urnes, l’extrême droite ne sait plus quoi inventer pour faire passer insidieusement ses thèses. Avec sa dotation publique, elle tente de légitimer la haine entre populations en la plaçant dans la bouche de démocrates. Et à ma connaissance, en droit, le « poisson d’avril » n’existe pas. Surtout pas à l’insu des prétendus interviewés.

Comment les citoyens peuvent-ils faire confiance à des partis qui utilisent de telles méthodes et dont bon nombre de cadres ont souvent été condamnés par la Justice ?

Plus que jamais, luttons contre le fascisme. Sur tous les fronts: politique, juridique, associatif, syndical, éducatif… Ne laissons rien passer !