Sarah Turine - ECOLOA 33 ans, Sarah Turine est peut-être petite en taille mais pas en expériences : violoniste dans La Vierge du Chancelier Rolin, enseignante en Palestine, puis au Vietnam, travailleuse dans l’éducation au développement chez Oxfam-Solidarité, maman de deux jumeaux, voyageuse aux quatre coins du globe, notamment à l’occasion de congrès altermondalistes. Leader de l’opposition à Molenbeek, elle se présente à la 2ème place suppléante sur la liste ECOLO pour la Chambre dans l’arrondissement de Bruxelles-Halle-Vilvoorde. Première d’une série de blog-interviews de candidats que j’ai la chance de connaitre.


Pourquoi voter ECOLO (et pas pour un autre parti), le 10 juin ?

Parce qu’ECOLO est le seul parti démocratique qui propose une autre façon de faire la politique éthique, qui remet au cœur des priorités les réels enjeux de solidarité, qui s’est érigé des règles internes pour que politique ne rime pas qu’avec pouvoir et électoralisme. Et une politique qui propose un projet global et cohérent, en réponse aux défis d’aujourd’hui.

Comment t’es-tu retrouvée chez les Verts ?

Cela s’est décidée après une longue réflexion sur l’importance de l’engagement citoyen et sur ses différents niveaux d’action possibles. Agir au niveau politique m’est apparu comme une suite logique, nécessaire et obligée de mon militantisme chez Oxfam et plus largement dans la mouvance altermondialiste.

Quant au choix du parti, il ne se posait pas pour moi, tant l’écologie politique est ancrée dans l’ensemble de mes convictions pour aller vers une société plus juste et plus respectueuse.

A mes yeux, ECOLO est le seul parti démocratique qui bouleverse la vision traditionnelle de la politique et qui propose une autre façon de faire la politique : transparente, éthique, participative et transversale.

Faut-il rappeler que c’est également le seul parti à prendre réellement en considération l’équilibre vital entre l’être humain et son environnement naturel ?

Si tu ne devais déposer qu’une seule proposition de loi à la Chambre, quelle serait-elle ?

C’est une question piège ! Et j’ai envie de la contourner ! Car sur une législature, on ne dépose pas qu’une seule proposition de loi ! Surtout quand on est ECOLO (durant cette législature-ci au Parlement, si on calcule le travail fait par chaque député, on en arrive au résultat suivant : un député ECOLO a abattu l’équivalent du travail de 2,5 députés CDH, et 7 députés PS ou MR!).

S’il y a des enjeux prioritaires, c’est souvent un ensemble de lois, un ensemble de propositions, un ensemble d’actions qui permettent d’aboutir à des résultats probants. Donc je n’ai vraiment pas envie de pointer UNE proposition de lois.

Maintenant, pour répondre quand même à la question : les deux enjeux prioritaires que moi je pointerais, c’est la question du réchauffement climatique et la question de l’inégalité croissante dans la répartition des richesses.

Une proposition, parmi d’autres, permettant d’avancer sur ces deux enjeux : il faut aider à relocaliser l’économie : rendre les produits locaux et écologiques moins chers par l’abaissement de la TVA.

Allez, le bon génie t’offre un second projet de loi. Quel est ton souhait ?

Ces deux enjeux que j’ai pointés, on peut les voir également au niveau mondial. Les premières victimes du réchauffement climatique sont les personnes les plus pauvres de la planète.

De nouveau, il faut une cohérence dans nos actions au niveau international. La question de l’immigration, par exemple. La politique migratoire ne peut se décider sans cohérence avec la politique internationale en matière de commerce et développement. Proposer la création d’un ministère des migrations qui appliquera des critères clairs , transparents en matière d’asile et de séjour… Oui mais il faut aussi exiger une plus grande régulation des organismes financiers mondiaux et du Commerce Mondial, et s’appliquer ces mêmes exigences régulatoires dans les accords bilatéraux.

Si ECOLO se retrouve dans la majorité au fédéral, qu’est-ce que cela changera pour les gens ?

Justement, cette vision systémique, globale, à long terme. La cohérence. Je n’en vois pas beaucoup dans les propositions et les actes des autres partis…

Si ECOLO reste dans l’opposition, à quoi cela servira-t-il ?

Ce n’est plus l’heure de l’opposition si on veut un réel changement !

As-tu les qualités d’une bonne députée ?

Toute personne qui se sent citoyenne et qui a envie de participer activement à la construction permanente de la société a les qualités pour être député !

Tous les partis parlent d’environnement aujourd’hui. Pourquoi voter ECOLO ?

Il ne suffit pas de parler d’environnement, il faut que le projet politique général s’intègre de façon cohérente dans le respect de l’environnement dont nous ne pouvons, ni nous, ni nos enfants, nous passer.

La question environnementale, tout comme la question de la solidarité entre tous les citoyens, sont des questions transversales qui doivent diriger toute proposition, tout choix politique.

Ce n’est pas parce qu’un parti s’affiche avec des éoliennes que le respect de l’environnement et la prise en compte des enjeux comme le climat traversent toutes leurs propositions.

ECOLO est né de la prise de conscience de la nécessité vitale de mettre ensemble ces deux axes : solidarité et environnement. Il est toujours le seul aujourd’hui à en être le garant. Les autres partis ont recouvert leur idéologie d’une couche de vernis vert, mais n’ont pas changé fondamentalement leur vision de la société.

Admettons qu’un électeur choisisse en fonction d’autres critères que l’environnement. Que lui dirais-tu ?

Le projet de société écologiste est aussi et surtout basé sur la notion de solidarité. Une solidarité forte permettant d’assurer que chaque citoyen trouve sa place dans la société.

Mais il ne suffit pas d’assister les personnes les plus défavorisées pour qu’elles aient un toit, et de quoi survivre, il faut aussi, et de façon tout aussi prioritaire, donner les moyens aux gens pour qu’ils développent leurs atouts propres, leur permettant de trouver leur place active dans la société.

Tu te sens à quelle place sur l’échiquier politique ?

Mon cœur est totalement à gauche. Mais attention à ce que veut dire gauche. Gauche comme Etat fort oui, pour assurer la redistribution des richesses mais également la redistribution du pouvoir. La Gauche pyramide, très peu pour moi.

Tout commentaire bienvenu en cliquant sur « comments » ci-dessous.