Ce samedi 27 novembre, avec les militants de la locale ECOLO de Molenbeek, j’ai distribué des pieds de vigne. En quelques minutes, tout le stock est parti en quelques minutes, dépassant tous nos espoirs. Reportage et explications.

Le tract glissé dans les boîtes aux lettres du quartier fixait rendez-vous à 14h devant l’entrée du Parc Marie-José, puis à 15h au métro Beekant. A 13h45, des citoyens rodaient déjà sur place et dépliaient leurs sacs. Leur but: décrocher un pied de vigne. Tout est parti en quelques minutes. Comme dans 91 autres communes de la Communauté française, ECOLO utilisait cet outil pour sensibiliser au climat.

– S’il vous plaît, Madame, votre pied de vigne et une petite brochure pour savoir comment le planter et le faire grandir. Au fait, vous connaissez le sens de cette action ?

– Euh, pas vraiment !

– Alors que le climat déraille, il est encore possible de planter des pieds de vignes dans nos contrées. Demain, si on ne fait rien, on risque de ne plus pouvoir planter que des cactus.

– Ah oui, vous avez raison, c’est vrai qu’il fait de plus en plus froid en hiver et de plus en plus chaud en été. Et avec les inondations qu’on a vu, on peut se poser des questions.

Climax

A quelques jours du sommet de Cancun, ECOLO tenait à sensibiliser la population à cet enjeu, qui passe un peu au second plan de l’actualité, détrôné par la crise institutionnelle. Dans les gouvernements régionaux et communautaires, les verts agissent concrètement pour orienter l’économie vers le durable, réduire les consommations des logements, favoriser la mobilité douce.

La coprésident Sarah Turine, les autres conseillers communaux Didier Coeurnelle et Ahmed Barro et les autres membres de la locale , dont votre serviteur, auront taillé une bavette avec plusieurs dizaines d’habitants. Sujets variés; climat, taille des trottoirs, difficulté de parquer pour les riverains, propreté, stérilisation des chats… Du terrain, comme je l’aime.