L’endroit se trouve au coin de ma rue. Plus précisément rue des Houilleurs 19 à Molenbeek. Le 28 mars 2012, une plaine de jeux est inaugurée par les édiles communaux. Chic! Quelques jours plus tard, elle est déjà fermée. Sans la moindre explication. Espoirs déçus. Crédibilité du politique amoindrie.

Ce petit parc a été financé par l’accord Fédéral-Région « Beliris » (90%). Il comprend des installations destinées principalement aux plus petits (2 à 6 ans). On y trouve des balançoires métalliques  fixées au sol, une toile d’araignée, des bancs, une petite butte entourant une cheminée qui témoigne du passé essentiellement industriel du « Vieux-Molenbeek » et une splendide fresque murale exposant le règlement, réalisée par les enfants de l’école 7 (Arc-en-ciel) dans le cadre d’un mini-contrat de quartier Ateliers-Mommaerts. Des gardiens, parmi les 52 que compte la commune, seront affectés à la surveillance des lieux, annoncent les responsables communaux. Ils disposent d’ailleurs d’une cabane-abri sur place.

Dans un contexte où il manque plus de 150 plaines de jeux en Région bruxelloise, alors que les logements du quartier sont généralement exigus par rapport aux nombres de personnes qui y vivent, l’ouverture de ce parc a été perçue comme une bouffée d’air frais.

Très vite, les gens des différents immeubles s’y sont rencontrés, ont parlé. Bref, ils ont développé la convivialité et ont participé, à leur petite échelle, à la cohésion sociale du quartier.

Et puis, très vite, dès la semaine qui suit l’inauguration, la grille du parc ne s’ouvre plus que sporadiquement. Jusqu’à une fermeture totale au moins depuis le week-end du 12 mai, sans la moindre explication ni motif apparent.

Didier Coeurnelle, conseiller communal ECOLO (opposition) a interrogé, ce jeudi 24 mai, le Collège des bourgmestre et échevins de Molenbeek (majorité PS-CDH-MR-FDF-SPA-Open VLD). Verdict: problème de vandalisme, pas assez de gardiens prévus, pas prioritaire par rapport à d’autres demandes. Et donc pas de date de réouverture. Il n’y aura pas non plus de mot d’explication sur place. Philippe Moureaux devant reconnaître que cette situation était un peu « boiteuse ».

Voilà comment, mine de rien, on suscite un espoir dans la population, avant de l’éteindre immédiatement. Ceci donnant le sentiment aux habitants que les infrastructures sont ouvertes pour les journalistes, plutôt que pour les enfants de la commune.

Quelles que soient les difficultés, qui peuvent toujours survenir, les exposer aux citoyens ne me semble pas de trop. Un petit mot sur la grille, simplement. Et avant d’ouvrir un parc, utile à la population, des gestionnaires devraient prévoir des gardiens en suffisance. Gouverner, c’est prévoir.

Actualisation 31 mai 2012: Toujours aucune information officielle affichée sur place mais suite à l’interpellation et à la publication de cet article, évoqué dans la presse, la grille rouvre – observe-t-on et disent des gardiens de la paix – 2 fois 2 heures par jour (12-14 et 16-18h), soit un tiers du temps prévu. A confirmer.