Émotion ce mardi 16 avril 2013. J’ai participé  à ma première inauguration de logements publics dans le « Haut » de Molenbeek, où cela ne coulait pas de source par le passé. Avec Christos Doulkeridis, Secrétaire d’État régional au Logement, Françoise Schepmans et les responsables du Fonds du logement. Le programme comprend 54 logements sociaux à louer et 46 moyens à vendre. Érigés par la Région sur d’anciens terrains communaux avenues Requette, Candries et Lemaire, les appartements de 1 à 4 chambres renforcent la mixité sociale à l’échelle du territoire communal et du quartier.

Par le passé, on a pu entendre que les quartiers de notre commune étaient cloisonnés. Suivant la légende, les citoyens aux revenus les plus modestes étaient cantonnés au « bas » de Molenbeek. Les plus riches, ou plutôt les moins pauvres, résidant dans le « haut ». Cette appréciation caricaturale était présentée comme inéluctable, et s’effectuait au détriment de la cohésion sociale.

Parmi tant d’autres projets, l’inauguration de ces 100 logements démontre que cette frontière est en passe de tomber. Ce projet répond non seulement à la crise du logement vécue quotidiennement par des milliers de Molenbeekoises et de Molenbeekois mais il participe également à la mixité sociale. Comme nouvel échevin du logement, je m’en réjouis. Je me réjouis aussi de ce décloisonnement entre personnes de niveau de revenus différents. Un décloisonnement qui s’observe tant à l’échelle de l’ensemble du territoire communal qu’à l’intérieur même du quartier et plus encore, à l’intérieur même de ces nouveaux bâtiments.

En effet, la mixité est garantie entre un public de 54 familles locataires aux revenus du logement social classique et 46 ménages à revenus moyens qui se rapprocheront du statut de propriétaire.

La diversité est également de mise avec des habitations de une à quatre chambres. Et l’on sait la demande criante des familles nombreuses pour ce type de grands logements. Surtout à Molenbeek.

Enfin, le projet, initié voici 8 années et poursuivi par différentes majorités communales et régionales successives, est également durable. Durable en ce sens qu’il sera perpétuel, par la grande nouveauté amenée par le Secrétaire d’Etat Doulkeridis et le Fonds du Logement au tout début de l’année 2013: les propriétaires ne pourront revendre qu’à des ménages moyens. Il s’agit d’une première dans le logement public, car cette condition devra être observée de manière indéfinie dans le temps et nous engage donc pour plusieurs générations.

Ce projet-pilote régional particulièrement équilibré et ambitieux répond en ce sens à la volonté de la nouvelle majorité communale emmenée par Françoise Schepmans: lutter contre la spéculation immobilière, tout en décloisonnant les quartiers.

In die zin komt dit zeer evenwichtige en ambitieuze gewestelijke pilootproject tegemoet aan de wens van de nieuwe gemeentelijke meerderheid: de vastgoedspeculatie bestrijden en de barrières tussen de verschillende wijken wegwerken.