Ce jeudi 27 juin 2013, comme Échevin du Logement de Molenbeek, j’ai présenté un dispositif unique de coopération entre la Commune de Molenbeek-Saint-Jean, le Centre Public d’Action Sociale et la Zone de Police de Bruxelles-Ouest. Celui-ci vise à accélérer et améliorer la lutte contre les marchands de sommeil et les logements insalubres. En mettant une pression maximale sur les propriétaires qui jouent avec la santé et la sécurité des citoyens.

Ce dispositif de collaboration constitue une première en Région bruxelloise. Il a été signé ce matin par Françoise Schepmans, Bourgmestre ; Roland Vandenhove, Président du CPAS ainsi que par Johan De Becker, Chef de corps de la Zone de Police Bruxelles-Ouest.

Face à une minorité de propriétaires négligents et peu scrupuleux, ce protocole de collaboration apporte une réponse concertée et systématique à la détresse de nombreux citoyens, touchés par la crise du logement. Le but est de lutter efficacement contre les exploiteurs de la misère humaine, renforcer la lutte contre les logements insalubres et veiller à améliorer le cadre de vie des locataires. Il s’agit d’obliger les propriétaires récalcitrants à rendre les logements corrects et habitables, en agissant localement et rapidement.

Je me réjouis de cet aboutissement, qui constitue également un point de départ. Ce dispositif est dès aujourd’hui opérationnel sur le terrain. Il passe par les quatre nouveaux outils suivants :

  1. une base de données des logements insalubres disponible en ligne pour tous les opérateurs et mise à jour en temps réel ;
  2. un relevé systématique de tous les logements problématiques lors des visites de domiciliation (une fiche signalétique complétée par logement) ;
  3. une alerte insalubrité. Les locataires désireux de s’inscrire dans un logement frappé d’un arrêté d’inhabitabilité seront alertés par le guichet population et orienté vers la Cellule logement de la commune qui sera immédiatement informée du non-respect de l’arrêté ;
  4. le partage de l’information grâce à des échanges réguliers entre les différents services de la Commune, du CPAS et de la Police : réunion trimestrielle de suivi et d’évaluation.

En outre, le doublement des effectifs de la Cellule logement ainsi que l’engagement d’un « traqueur de marchands de sommeil » (fonction inédite à Bruxelles) traduisent bien la volonté du Collège de renforcer la lutte contre l’exploitation de la misère humaine tout en travaillant collégialement et en décloisonnant les différents services.

Texte du Protocole: en françaisen néerlandais