Zoe GenotPas besoin de demander à Zoé où elle va. C’est toujours à gauche! Jusqu’au-boutiste, cette parlementaire est la 3ème francophone la plus active du Royaume (la 1ère étant l’ECOLO Muriel Gerkens). Elle ne lache jamais prise face aux « ministres qui travaillent mal ».

Opposée à l’exclusion des chômeurs, elle rêve d’une Europe plus sociale et plus solidaire. Elle souhaiterait que l’on prenne un peu d’argent aux très riches pour l’injecter dans la santé, les petites pensions, les allocations familiales ou encore les transports publics.

A 33 ans, Zoé Genot est propulsée tête de liste ECOLO à la Chambre à Bruxelles-Hal-Vilvoorde. Après Sarah, Benoit, Arnaud, Tristan, Richard XXIII et Jean-Claude, nouvelle blog-interview sans langue de bois.
 

 

Au cours de la dernière législature, tu t’es battue contre le contrôle des chômeurs. Le gouvernement a requalifié  le contrôle en “accompagnement“. Le terme te convient-il ?

Doublement du nombre de semaines d’expulsions en 2 ans, exclusions définitives en hausse… Arrêtons l’hypocrisie : même Di Rupo a dû reconnaitre qu’il ne s’agissait pas d’un plan d’accompagnement mais d’un plan de contrôle des chômeurs. Mais le jour, où l’on voudra vraiment parler d’accompagnement des chômeurs, de formations de qualité, de réinsertion sociale, pour permettre à chacun de se sentir plus utile, je serai là pour me battre encore plus fort.

Lors du vote sur la Constitution européenne, tu t’es abstenue. Tu as dis que cette Constitution n’était pas une bonne base pour construire l’Europe. Quelle Europe voudrais-tu ?

Je suis rentrée dans le débat Constitution européenne en voulant être correcte : oui, la Constitution apportait quelques avancées démocratiques (plus de pouvoir pour le parlement, …) mais non, cette constitution contenait de nouveaux éléments inquiétants en politique extérieure et de défense (obliger les pays du sud à accepter toutes nos exportations sans condition, augmentation des dépenses militaires). Et surtout ce texte réaffirmait la volonté de construire une Europe basée, en premier, sur la liberté du marché économique.

Je souhaite une Europe démocratique et donc plus transparente pour ces habitants. Une Europe plus contrôlée par ces élus. Pour cela, j’interroge souvent nos ministres : « Ah bon, monsieur le ministre, vous allez vous opposer à la libéralisation des lettres en 2009, car la poste n’est pas tout à fait prête, mais vous refusez de nous communiquer votre position pour 2012…).

Je souhaite aussi une Europe plus sociale et plus solidaire : pour éviter les attitudes comme celle de notre gouvernement PS-MR qui a construit via les « intérêts notionnels » un véritable paradis fiscal pour les multinationales jouant le jeu du dumping fiscal européen… Une Europe qui, comme l’a proposé la Commission, interdit la vente des nouveaux véhicules très très polluants. Dommage que les députés européens PS, CDH, MR aient voté contre… Une Europe plus solidaire du pays du Sud qui ne vise pas à les obliger à acheter nos poulets subsidiés en coulant leur agriculture locale. Une Europe qui ne pourra se construire qu’en soutenant les progressistes, les syndicalistes de tous les pays en commençant par les nouveaux adhérents.

Ces 4 dernières années, 59 propositions de loi, 270 questions écrites et 274 orales… Tu es hyper active à la Chambre. Tu interviens régulièrement au sujet des personnes immigrées et/ou réfugiées. Pourquoi ?

Je déteste les injustices ! Alors quand un demandeur d’asile a plongé dans le canal pour sauver quelqu’un et en est mort, je ne trouve pas normal qu’on le laisse enterré comme un chien, sans la moindre reconnaissance de son acte de bravoure à cause de son statut !

Pour moi, laïcité et tous les cultes, y compris musulman doivent être traités équitablement. Et ce n’est pas encore le cas… Une loi anti discrimination sur la base de la race mais aussi du genre, des orientations sexuelles, de l’âge, de l’handicap…a été voté en 2003. Mais le gouvernement PS-MR a attendu 2007 pour faire les modifications et lui permettre de fonctionner : inacceptable !

Mais ca ne veut pas dire que j’abandonne les Belges « à l’ancienne ». Au contraire, je pense que c’est en étant catégorique contre les injustices qu’on s’occupe de ceux qui en ont le plus besoin, tous, de toutes origines et particulièrement les plus vulnérables : travailleuses à temps partiels avec enfants, intérimaires, personnes âgées aux pensions ridicules…

Si tu ne pouvais faire passer qu’une seule loi dans la prochaine législature, quelle serait-elle ?

Un impôt sur les très grosses fortunes. Pour pouvoir ensuite diminuer les frais d’hôpitaux, augmenter les petites pensions et les allocations familiales, améliorer les transports publics…

Au Parlement fédéral, tu es recordwoman de l’interpellation des ministres. Zoé Genot, une enquiquineuse professionnelle ?

;-)) Une enquiquineuse pour les ministres qui travaillent mal : c’est vrai que si un ministre me promet que le problème sera réglé dans les trois mois, je le réinterrogerai le quatrième pour lui rappeler sa promesse et vérifier qu’il l’a tenue…

ECOLO au gouvernement, ça changerait quoi ?

Une grande volonté de bien travailler, à long terme, un parler vrai : « Voici les difficultés, voilà les solutions qu’on vous propose, ces solutions ont telles avantages et tels inconvénients. Et on vous les propose pour telles raisons ». Ne plus prendre les gens pour des idiots mais pour des citoyens capables !

ECOLO dans l’opposition, une voix perdue pour ses électeurs ?

Ces 4 dernières années, les 4 députés écolos n’ont pas épargné leur peine : un député écolo, avec moitié moins de collaborateurs, a travaillé comme 2,5 députés CDH ou comme 8 députés PS ou MR. Donc clairement une voix pour ECOLO, c’est une voix hyper active. Et un bon travail d’opposition est aussi important pour empêcher la majorité d’oublier trop vite son programme et d’essayer de faire passer discrètement des projets inacceptables… Avec nous dans l’opposition, ces mauvais projets seront détectés et dénoncés…Pas de chance pour la majorité !

Quelle ultime réflexion les citoyens doivent-ils avoir avant d’entrer dans l’isoloir, le 10 juin ?

Ils doivent se demander: « Est-ce que je veux tirer la politique vers la gauche ? Est-ce que je veux une véritable solidarité avec les pays du Sud ? Est-ce que je veux une vision à long terme qui permet aux enfants de nos enfants d’avoir de l’eau, des produits agricoles, de l’air accesibles et de qualité ? Si, oui, alors je vais voter ECOLO ! »

Le blog de Zoé Genot