Le temps est venu de lancer un coup d’œil dans le rétroviseur afin de mesurer le chemin parcouru. Pendant six ans, le droit au logement est devenu une véritable priorité pour Molenbeek. Grâce au contrat logement  que j’ai proposé  en début de mandature, la Commune s’est enfin dotée d’une véritable feuille de route en faveur du logement public. Cela a permis :

  • Plus de 700 logements déjà ouverts depuis 2012. Ils seront près de 900 d’ici 2019
  • Plus de 850 autres logements publics sont en préparation pour les 5 années avenir. Des bâtiments ou des terrains sont déjà achetés, certains projets bénéficient déjà du financement nécessaires, d’autres ont déjà obtenus leurs permis et certains sont déjà en chantier.
  • Une attention particulière a été accordée aux logements des familles. Désormais, les logements publics seront plus grands. 50% des nouveaux logements publics doivent compter 3 chambres et plus.
  • Plus de 300 logements sociaux ont fait l’objet d’une rénovation. C’est le cas notamment de Cour Saint-Lazare qui a été remis à neuf en profondeur. Les 178 « clapiers » exigus et inadaptés au confort moderne ont cédé leur place à des logements plus grands et adapté à la taille des ménages Molenbeekois. D’autres chantiers importants ont également pu commencer, c’est le cas des 97 logements du site Rural entre les rues Potaerdegaet et Armand de Saulnier pour lesquels les chantiers a démarré en 2018.
  • Parmi les chantiers emblématiques qui seront lancés prochainement, notons celui de la Tour Brunfaut. Le Logement Molenbeekois a obtenu le permis d’urbanisme permettant de rénover totalement cette tour de logement. Elle comptera près de 50% de logements 3 chambres et plus et offrira un confort énergétique exemplaire dans le secteur du logement social.

Ecolo en majorité, c’est aussi plus d’éthique et de transparence dans l’attribution des logements communaux. Faire en sorte que ces logements servent en priorité aux familles molenbeekoises qui en ont le plus besoin, c’était ma priorité. Le nouveau règlement locatif communal adopté en 2014 a permis :

  • La fin des disparités entre les différents locataires. Une grille de loyer a été adoptée en 2014 permettant d’objectiver les montants payés par les locataires. Désormais, le loyer est fixé sur base de deux critères : le nombre de chambres et la performance énergétique du logement. En effet, si un logement est énergivore, le locataire paiera un loyer inférieur.
  • Désormais, les locataires des logements communaux ne consacreront pas plus de d’un tiers de leurs revenus au loyer grâce à la généralisation de l’allocation-loyer.
  • La commission apolitique d’attribution des logements communaux traitent désormais également les renouvellements de baux. A la fin du bail, la commission vérifie désormais si les personnes respectent toujours les conditions d’accès et veillent à vérifier si la taille du logement correspond toujours à la taille du ménage.

Une des priorités de l’action que j’ai mené au sein de la majorité en matière de logement concerne l’amélioration de la qualité des logements. En six ans, le combat contre l’insalubrité et les marchands de sommeil a été considérablement renforcé.

  • En 6 ans, plus de 340 logements sont sortis de l’insalubrité, c’est 2 fois plus que ce qui se mesurait pendant la précédente mandature. Pour obtenir ces résultats, la commune, le CPAS et la police ont mis en place un protocole contre les marchands de sommeil qui permet de mieux traquer certains propriétaires qui abusent de la faiblesse de certains locataires
  • Pour les locataires victimes de l’insalubrité, les possibilités de relogement ont été fortement augmentées. Pour ce faire, la Commune a doublé le nombre d’habitations de transit.

La politique du logement se doit d’être innovante pour permettre de créer dès aujourd’hui les nouvelles solutions de demain. C’est en contact intense avec le tissu associatif actif sur la commune que des nouvelles idées ont pu émerger au cours des six dernières années. Citons notamment :

  • L’ouverture du premier Community Land Trust d’Europe à Molenbeek. Inauguré en 2015, le long du canal, le CLT L’Ecluse a permis à 9 familles avec des moyens limités de devenir propriétaires de leurs logements. L’originalité du projet ? Les familles sont propriétaires des briques mais pas du foncier. Ce système permet de réduire le prix d’achat du logement. En plus, le système est non-spéculatif et repose sur une grande participation des habitants. Le deuxième CLT molenbeekois d’une trentaine de logements est d’ailleurs déjà en construction près de Beekkant.
  • Via son agence immobilière sociale, la commune de Molenbeek s’est également révélée à l’avant-garde en matière de logement pour les sans-abris. Dès 2014, la commune s’est lancée dans l’expérience housing first. Ce dispositif permet de sortir de la rue des personnes sans domicile fixe via l’accès direct au logement. En permettant à des sans-abris d’avoir un logement, Molenbeek a permis à une dizaine d’hommes et de femmes de recommencer à se construire un avenir.
  • Plus que simplement du logement, les écologistes ont tenus à mener une véritable politique de l’habitat à Molenbeek. Cela se traduit notamment par la mise en chantier de nombreux projets intergénérationnels : Projet Ekla avec 91 logements intergénérationnels, projet d’habitat solidaire intergénérationnel (rue Campine/Van Malder), projet Industrie 79 (9 logements intergénérationnels) , etc.
  • Nous avons également favorisé les occupations temporaires dans les bâtiments de la commune. Plus d’une dizaine d’occupations ont permis de redonner vie à des lieux abandonnés. L’occupation la plus remarquable est celle du Brass’Art qui a animé la place communale. D’autres occupations à venir auront un impact positif pour la commune comme, par exemple, la venue de Recyclart à Molenbeek.

Ai-je tenu mes promesses? La réponse en vidéo