van-goidsenhovenChacun son job. Diriger une commune de 100.000 habitants, c’est un travail à temps plein. Le cumuler avec un mandat de député, cela ne me semble pas raisonnable. Il y assez de défis pour des territoires et populations comme Anderlecht…

Et quand on n’a d’autre ambition que de ramener des subsides à sa propre commune, sans se préoccuper de l’intérêt régional, sans proposer aucun projet régional, je ne trouve pas cela très utile aux habitants de la Région bruxelloise.

Alors quand j’ai reçu dans ma boîte la lettre-tract du bourgmestre d’Anderlecht, Gaëtan Van Goidsenhoven, j’ai sérieusement tiqué.

Le courrier prend toutes les caractéristiques de forme de celui de son prédécesseur Jacques Simonet. Il est résumable en un de ses paragraphes : « Pour qu’Anderlecht ne soit pas le parent-pauvre des politiques régionales et communautaires (…) il faut donner aux Anderlechtoises et aux Anderlechtois la possibilité de faire entendre leur voix, votre propre voix, en Région bruxelloise. »