cadenas (cc)-mamzeldAlors que les places de formation sont largement trop peu nombreuses à Bruxelles, Ecolo souhaite prendre une mesure radicale.

La Région bruxelloise compte 20% de demandeurs d’emploi. Et ce n’est pas la crise économique qui va améliorer ces chiffres dramatiques. Je le constate tous les jours dans mon travail au syndicat.

Parmi les chômeurs bruxellois, les 2 tiers n’ont pas de diplôme de fin de secondaire. Par ailleurs, savez-vous que 10% des adultes Bruxellois ne savent ni lire ni écrire ?

Et pourtant, les modules de formations manquent ! Il est tout simplement révoltant que chaque année, plus de 3000 Bruxellois qui veulent apprendre à lire et écrire ne trouvent pas de place dans un centre de formation en alphabétisation. Je suis aussi en colère quand je parle avec des demandeurs d’emploi bruxellois motivés, qui doivent se rendre à Mons ou Namur pour peut-être espérer suivre une formation.

Voilà pourquoi Ecolo veut mettre le paquet sur la formation des personnes moins qualifiées. Alors, je veux agir, très concrètement, avec mes collègues écologistes.

Sous mon impulsion, nous avons décidé d’être radicaux sur ce coup-là. Nous voulons mettre en place « un droit opposable à la formation ». C’est la toute première priorité du chapitre Formation de notre programme régional. En voici le texte intégral.

Des formations disponibles et accessibles pour toutes et tous… vers un droit opposable à la formation

Au vu du profil des demandeurs d’emplois bruxellois, surtout infra-qualifiés, ECOLO souhaite mettre en œuvre le droit de chacun à être formé (de la même manière que le droit d’avoir du travail se traduit par un système de sécurité sociale censé ne laisser personne de côté).

Toute personne qui s’est vu signifier un refus d’inscription pour une formation qui conduit, directement ou indirectement à conquérir ou conserver un emploi pourrait faire valoir un droit opposable à la formation.

Dans un délai raisonnable, la Région devrait alors lui proposer une place de qualité accessible dans une discipline similaire, à des conditions acceptables (temps de déplacements en transports en commun dans ou hors de la capitale, horaires…).