robin-des-bois-cc-dunechaserLa Belgique est terre d’exception. Déjà, notre modèle institutionnel et notre humour sont essstraordinaires, comme dirait Papa. Mais nous sommes aussi un paradis fiscal. Pas pour vous et moi, les travailleurs. Par contre, pour les grosses fortunes, c’est le bonheur ! Pas d’impôt sur la richesse à l’horizon. Avec ECOLO, je propose d’instaurer un impôt sur les patrimoines importants.

Pourquoi tant de Français s’installent-ils à Bruxelles ? Parce qu’ils aiment la bière et les moules ? Parce que nous sommes leurs « amis belges » ? Sans doute. Il faut aussi noter que pour certains, il s’agit d’échapper à l’impôt sur la fortune et sur les plus-values qu’avait lancés la gauche et Mitterrand au début des années 80’.

La Belgique constitue un paradis fiscal, sauf pour les travailleurs. Face à cette injustice, ECOLO propose de passer à l’action. De mieux répartir les richesses. Il faut non seulement mieux percevoir les impôts existants, en luttant vraiment contre la fraude fiscale (les gros poissons en priorité), ce que Didier Reynders et ses amis libéraux-conservateurs s’obstinent à éviter, mais il faut également créer un nouvel impôt.

Prendre aux riches pour donner aux pauvres

Cet impôt « Robin des bois » (les bois, normal pour les Verts) touchera les riches : ceux qui possèdent plus d’1,25 millions € (hors logement habité pour un max de 200.000 € par habitant). Son taux sera progressif, jusqu’à 1%. Assez pour diminuer les impôts sur les faibles revenus et pour développer les services collectif mais pas trop, de manière à limiter l’évasion fiscale. Il ira de pair avec la fin du secret bancaire.

Je suis très fier de porter cette proposition équitable, pour plus de justice sociale. Une proposition qui vise les revenus et non les personnes. On évite donc de sombrer dans le populisme et la désignation de boucs émisssaires.