cc-damienvanachter

PS ou MR, quelle coalition choisira ECOLO ? Cette question, mes collègues du syndicat et les citoyens qui ont suivi ma campagne sur internet me la posent avec insistance ce lundi. Pour résumer le dilemme, retour à la campagne électorale.

Quelques réactions illustratives de centaines de rencontres citoyennes sur les marchés et dans les débats :

– Depuis le début, je vote ECOLO, mais cette fois, svp, allez-y, montez au pouvoir !

– D’habitude, je vote socialiste, mais cette fois ce sera pour vous. Mais ne montez pas au gouvernement avec eux ! Je ne veux plus entendre parler des Daerden, Flahaut et autres. Une bonne cure d’opposition, voilà ce qu’il leur faut.

– Avec ce que nous a fait Didier Reynders sur Fortis, stop à ces gugusses. Et la coalition ? Ah, on verra ? Pas avec le MR, hein !

– J’ai voté toujours voté blanc ou…euh… [ndla : extrême-droite ?] mais je veux du changement alors je pointerai les verts.

– Je suis à gauche. Dimanche, ce sera ECOLO et pas le PS. Mais je veux un olivier.

Motivations inconciliables

Voilà le topo. Au-delà de la base de 10% d’électeurs écologistes, les nouveaux votants ECOLO avaient des motivations très diverses. Inconciliables ! Voilà pourquoi, on peut compter que 3% des électeurs écologistes seront fâchés avec leur (nouveau) parti dès ce soir !

Pour un olivier

Alors, je plaide pour un olivier (PS-ECOLO-CDH). A gauche dans les faits ! Je l’ai dit et le maintiens. Mais pas pour faire n’importe quoi ! Dommage d’ailleurs que la question du « avec qui ? » ait pris le pas sur la question du « pourquoi faire ? ».

Opposition ?

Si c’est pour faire comme d’habitude, si c’est pour gérer à la petite semaine les crises quand elles surviennent, s’il n’est pas mis fin au cumul des mandats (à commencer par bourgmestre et député), s’il n’y  pas d’investissement massif dans la formation, si on ignore l’indispensable isolation des logements, si aucun plan n’existe pour réduire la pauvreté, si le résultat vert ne se traduit pas dans un programme de gouvernement et en nombre de ministres (et de compétences) … alors je préfère qu’ECOLO reste dans l’opposition.

Le PS n’a pas le monopole des coalitions avec le MR

montre-monstreEt si, aussi invraisemblable qu’il n’y paraît,  le MR était prêt à tous les compromis, qu’un programme de gouvernement avec lui répondait davantage au programme gauchiste d’ECOLO… alors je serais prêt à examiner une coalition jamaïcaine. Le PS a gouverné pendant des années avec le MR. C’est d’ailleurs toujours le cas dans 4 provinces wallonnes sur 5 (à remplacer) et au fédéral.

Le projet collectif d’un gouvernement, j’ai parfois l’impression que c’est un miroir aux alouettes. Il s’agit avant tout d’un partage de compétences ministérielles. Alors, avoir dans une coalition des ministres de son parti, n’est-ce pas le meilleur moyen de faire du bon travail ? Pourquoi les socialistes seraient-ils les seuls à avoir le droit à faire des coalitions contre-nature ? Et, comme le suggérait Christos Doulkeridis ce midi: « les gens qui mettent la pression pour qu’ECOLO aille avec le PS auraient-il fait la même chose dans l’autre sens? ».

La reconquête

Quel que soit son choix, ECOLO décevra ceux qui en auraient préféré un autre. Après la fin de l’état de grâce, restera à leur montrer que nous avons pu améliorer nos Régions et notre Communauté. Seuls les actes compteront !