thermographie

Nuits des 29 et 30 décembre 2008. Dehors, il fait froid, très froid, entre -5 et -3°. Un avion survole Bruxelles à 600 mètres d’altitude. A son bord, un espion. Equipé d’un matériel hypersophistiqué, Scanner le Rouge ausculte le toit de nos maisons. Sa mission : nous indiquer si notre chaleur s’échappe un peu, beaucoup ou passionnément.

En visitant simplement le site internet de Bruxelles Environnement, vous pouvez maintenant vérifier par vous-même quantité de chaleur s’échappant de votre lieu de résidence (ou de travail). Il suffit d’introduire son adresse, pour autant que le bâtiment existe depuis avant 2007 car les photos aérienne datent d’avant.

J’ai fait le test : la crèche de l’ainée est en rouge. Pourtant, il est fait toujours très chaud, pour laisser les bébés en bodies. Ca doit consommer à fond. Autant d’argent qui n’est pas disponible pour l’accueil ou pour ouvrir d’autres places.

Des arguments pour le propriétaire

La thermographie aérienne a pour objectif de vous donner une indication sur l’intérêt d’améliorer l’efficacité énergétique de votre bâtiment. Bref, faut-il refaire le toit ? Notons les limites du système: un locataire ne peut pour l’instant pas contraindre son propriétaire de rénover. Et quand on sait que les locataires constituent deux tiers des familles bruxelloises… on voit bien le défi pour Christos Doulkeridis, secrétaire d’Etat ECOLO au logement et sa collègue ministre de l’Environnement, Evelyne Huytebroeck.  Ceci dit, au moins, cela donne un bel argument, objectif pour demander à son bailleur d’agir.

Beaucoup de bâtiments publics, vétustes, sont affublés de rouge ou d’orange. Les milliers de locataires de logements sociaux se trouvent dans ce cas, parce qu’on a vite-construit-mal-construit par le passé et pas rénové entre-temps. Des milliers de litres de mazout ou de mètres cube de gaz jeté à l’eau chaque année. Vive la performance énergétique des bâtiments, obligatoire depuis un an pour les nouveaux bâtiments et les grosses rénovations !