toitPas sociale, l’écologie d’ECOLO ? Evelyne Huytebroeck, la ministre de l’Environnement de la Région bruxelloise, démontre encore une fois le contraire. Désormais et pour la première fois dans notre pays, les moins nantis pourront réaliser des travaux d’isolation de leur logement (ou celui qu’ils louent) sans avancer le moindre copeck. Bienvenue au « prêt vert social ».

L’augmentation des prix de l’énergie affecte bien plus ceux qui vivent avec moins d’argent. La cause est double. D’une part, une augmentation de 30€ par mois de la facture énergétique est bien plus lourde pour un chômeur isolé qui vit avec 813,8€ que pour un rentier qui en perçoit 5000 (à moins de devoir entretenir un château). D’autre part, le manque d’argent disponible pour placer du double vitrage ou des matériaux isolants sur le sol ou le plafond.

Pour ceux qui ont déjà du mal à joindre les deux bouts, calfeutrer ou changer les châssis, placer une couche d’isolant dans le grenier… était inimaginable. Mais va le devenir un peu moins dès le 1er juin 2008 avec ce nouveau « Prêt vert social ».

Plus besoin d’avancer les sous, de préfinancer les travaux. CREDAL, coopérative de crédit social paie la facture, voire même l’acompte directement à l’entrepreneur. L’habitant du logement fait des économies sur ces factures, ce qui l’aide à payer son prêt. Il perçoit également les aides de la Région bruxelloise en quelques semaines et récupère immédiatement jusqu’à 50% de son investissement, en remplissant un simple dossier de quelques pages.

Le plafond… de revenus s’élève à 992€ pour un isolé et 1353€ pour des cohabitants, après déduction du remboursement mensuel du prêt hypothécaire ou du loyer et de 176€ par enfant à charge. Le nombre de ménages concernés est donc important. Il ne s’agit pas donc pas uniquement d’allocataires sociaux, mais également de travailleurs à temps partiel ou peu rémunérés. Des personnes souvent exclues des possibilités de prêts par les banques traditionnelles.

Trop beau pour être vrai ? Pas du tout. Le taux est de 0%. L’initiative bénéficie de subsides de la ministre bruxelloise ECOLO. Ni son homologue CDH André Antoine, si son collègue fédéral PS Paul Magnette (arrivé en décembre) ne l’ont fait.

Excellent début

Ce n’est bien entendu pas la première mesure sociale mise en place par les écologistes dans la capitale. Citons la tarification solidaire de l’eau en vigueur depuis 2005, un système de palliers qui et fait diminuer la facture de l’eau consommée pour se laver, boire et cuisiner et avantage les familles nombreuses au détriment d’une utilisation pour les loisirs  remplir la pricine, laver sa voiture 2 fois par semaine).

Enthousiaste pour ce premier pas pour diminuer la consommation énergétiques, je reste critique, comme toujours. J’espère que prendre un crédit (de plus) ne fera pas trop peur aux ménages à bas revenus.

J’imagine qu’un jour, quand les verts auront atteint un poids politique plus conséquent, l’Etat pourra installer des panneaux solaires sur les appartements et maisons des gens qui ne peuvent avancer l’argent. Une récente étude montrait que récupérer l’argent investi  pour 10m² de ne prenait en moyenne « que » 2 ans, primes et certificats verts déduits. Il n’y a pas de raison que seuls ceux qui peuvent se le permettre en profitent.

Dépliant prêt vert social sur le site de CREDAL