naim khaderVoici quelques jours, l’Etat israélien a lancé une incursion militaire totalement disproportionnée dans les territoires palestiniens de la bande de Gaza. Les citoyens palestiniens, en détresse quasi continue depuis des générations, sont plus que jamais victimes d’une punition collective, confrontés à la mort, à la faim et à l’inaction internationale.

Tout cela me dépite. Je repense à Naïm Khader, (frère de Bichara), l’ami de mes parents qui avait joué dans le choix de mon prénom.

Par ailleurs chrétien, il allait devenir mon parrain. Il était délégué de l’Organisation de la Palestine (OLP) auprès de l’Europe des 9. Alors qu’on venait de fêter mon 1er anniversaire, il était assassiné en pleine rue, non loin de l’ULB, à Ixelles. Il plaidait pour la création d’un État laïc et démocratique où juifs, chrétiens et musulmans pourraient vivre à égalité de droits. Ses tueurs le jugeaient sans doute trop modéré.

J’ai envie, comme beaucoup, d’exprimer toute ma révolte. A l’égard d’Ehoud Barak, le ministre israélien de la guerre (Tsahal). Son plan de guerre vise moins à affaiblir le Hamas (dont le caractère condamnable ne justifie en rien les représailles faisant des centaines de victimes) qu’à remporter les élections du 10 février. A l’encontre des Etats-Unis, éternel et aveugle véto au Conseil de Sécurité de l’ONU, contre toute force d’interposition. L’Union européenne s’est montrée incapable d’adopter une position commune ou de conditionner ses relations commerciales avec Israël aux respects des Droits de l’Homme et des conventions internationales.

Je garderai mon calme. Je ne vais pas répéter ici les analyses que je soutiens. Lisez-les directement. Par contre, je consacrerai d’ici quelques heures un article à la propagande israélienne.

NB. Ce dimanche 11 janvier 2009 à 14h, avec des dizaines d’ONG, Ecolo appelle à la Manifestation nationale pour un cessez-le-feu à Gaza et une réponse à l’urgence humanitaire. Rendez-vous à la Gare du Midi à Bruxelles.